Communiqué de Christine Coulon en soutien au rassemblement contre l'expulsion de migrants à Alençon

Publié le

http://www.ville-alencon.fr/images/decouvrir_alencon/pat_prefecture.jpgLe gouvernement de Nicolas Sarkozy a lancé une véritable chasse aux sans-papiers. Ce sont des hommes, des femmes et des enfants qui, fuyant la guerre ou la misère, ont quitté leurs pays, leurs attaches, souvent au péril de leur vie.
Ce sont souvent des travailleurs, constituant la main d'oeuvre sans droits dont rêve le patronat, qui lui permet de renforcer l'exploitation à tous niveaux : conditions de travail et de salaires dégradées, absence de droits sociaux alors qu'ils paient des cotisations, menace permanente de licenciements pour défaut de papiers... Ceci dans une atmosphère de plus en plus délétère, mêlant racisme et xénophobie, conséquence du débat sur l'identité nationale.
Alors que des régions entières sont touchées par les effets de la crise, que les plans de licenciements pleuvent et que la casse des services publics rencontre une hostilité croissante dans la population, la droite a recours à la bonne vieille recette du bouc émissaire en s'en prenant aux immigrés.
Le capitalisme, l'impérialisme, sont responsables de l'appauvrissement des pays d'où viennent les sans-papiers et de la concurrence acharnée entre les travailleurs. Ce n'est pas aux immigré-es de payer la crise économique et écologique qui les pousse à chercher ici du travail et de moins mauvaises conditions de vie.
Seule une régularisation de tous les sans papiers peut mettre fin à ces situations d'exploitation, de drames humains et ainsi en finir avec la politique de Haine de Sarkozy ! Je serai donc présente, en tant que tête de liste régionale de la liste NPA/PG aux élections régionales ainsi que d'autres candidats de la liste, et appelle la population à participer au rassemblement organisé par RESF pour s'opposer à l'expulsion des deux familles de kosovars, le mercredi 10 février à 14h devant la Préfecture d'Alençon.

Christine Coulon, le vendredi 5 février 2010.

Commenter cet article