Non aux licenciements ! Défendons l'emploi !

Publié le

http://www.archiefsolidair.org/images/solidair2008/05/p15_france_4386_%28600_x_600%29.jpgLa droite et Sarkozy disent que la crise est finie. Ce n’est pas vrai. Le patronat continue de restructurer à tout-va pour accroître la productivité et les richesses accaparées par une minorité de profiteurs. Le chômage continue de croître. L’avenir de la jeunesse est obscur. Le gouvernement laisse faire et tente des diversions diversion avec de faux débats sur les thèmes de la burqa ou de  « l’identité nationale ».

Les élections régionales de mars 2010 sont une occasion pour dire STOP ! Nous ne voulons pas de cette droite au service du patronat. Il faut prendre des mesures pour garantir l’emploi et pas les revenus des traders et des PDG. Il faut prendre des mesures pour redonner l’espoir à la jeunesse, lui ouvrir le chemin de l’emploi. Il faut en finir avec le temps partiel imposé à des milliers de travailleurs dont une majorité de femmes.

La majorité sortante PS, PCF, Verts (Europe Ecologie), MRC a été aux leviers de commande en Basse-Normandie comme dans presque toutes les régions. Elle n’a pas fait de la région un lieu de résistance face à la destruction des emplois et des droits sociaux, et est pourtant candidate à sa propre succession.

Après 2004 et sa victoire électorale, cette majorité sortante a continué la politique d’aide au patronat, censée protéger les emplois. Le résultat est désastreux. Les régions se sont lancées dans une concurrence effrénée pour aligner les plus gros chèques pour inciter les entreprises à venir et rester chez elles. Ce détournement d’argent public a servi à augmenter les profits des actionnaires, mais pas à créer des emplois.

NXP (ex-Philips), le géant mondial de l’électronique installé à Caen, est l’exemple du naufrage de cette politique.
En 2008, après avoir empoché les subventions, NXP a fermé un site de production de Caen. Pour les travailleurs, cela s’est traduit par le chômage ou des reclassements incertains, avec des pertes de salaire. Pour les actionnaires, rien de grave. Le patron de NXP-France déclarait alors : « Ces changements vont faire de NXP une société forte, rentable et en croissance avec un ‘cash-flow’ positif ». C’est sous les pieds de ce personnage que les élus locaux de la social- démocratie et de droite et les représentants de l’Etat déroulaient le tapis rouge quelques années auparavant, chèques de subventions en main.

STOP AUX SUBVENTIONS AUX GRANDS GROUPES MULTINATIONAUX !

Les grandes firmes de l’automobile de la région ont-elles aussi bénéficié des largesses du conseil régional  et des autres collectivités : Faurecia (groupe Peugeot, à Flers), Renault-Trucks (groupe Volvo, dans l’agglomération de Caen).
Ces grands groupes n’ont pourtant hésité à virer du jour au lendemain comme des malpropres des centaines d’intérimaires fin 2008. Ils mettent en œuvre des plans de licenciement déguisés faussement appelés « départs volontaires ».
Toutes les subventions au patronat sont votées par la droite (UMP, centristes…) et la gauche (PS, PCF, Verts, MRC) réunies.
Quand ces groupes multinationaux licencient quand même, nous avons droit aux mêmes larmes de crocodiles, à droite et à gauche, mais jamais aucune action pour faire payer les actionnaires n’a été entreprise.

La liste unitaire, anticapitaliste, antilibérale et écologiste soutenue par le NPA et le PG propose :
-de stopper ces subventions au grand patronat ;
-de récupérer toute aide versée à une entreprise qui licencie ;
-d’affecter ces crédits à des programmes pour le bien-être de la population (transports, logement, culture…) ; à l’aide à l’économie solidaire, à l’agriculture paysanne respectueuse de l’environnement, aux coopératives ouvrières de production et à la reprise des entreprises par les salariés eux-mêmes.

Quand des actionnaires privés, pour des raisons de profits à court terme, veulent fermer un site de production ou de recherche, les pouvoirs publics, conseil régional en tête, doivent agir pour le maintien de l’activité, sous leur contrôle et sous le contrôle des travailleurs, en réquisitionnant et en mettant sous séquestre les entreprises qui suppriment des emplois.

Les conseillers régionaux du NPA et du PG que vous pouvez élire en votant pour la liste unitaire, s’engagent à se battre pour que la Région soit un point d’appui efficace pour les travailleurs qui luttent pour le maintien des emplois sur place.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article