Rendons l'espoir à la jeunesse en Basse-Normandie !

Publié le

http://www.phototheque.org/data/thumbnails/970/DSC_0042.jpgÀ en croire Laurent Beauvais (Ouest-France du 27/01/10), président du Conseil régional, l'espoir réside dans les dispositifs de formation financés par la Région pour permettre aux jeunes de trouver une formation ou une orientation professionnelle.

Ce qu'oublie de dire L. Beauvais, c'est que la situation des jeunes dans ces formations, au fil des différentes présidences de droite et de gauche s'est profondément dégradée.
En effet, le niveau de rémunération est identique depuis plus d'une dizaine d'années, c'est-à-dire, 320 € pour la majorité de ces jeunes (exclus de l'indemnisation chômage). D'autre part, la première phase de la formation Esp'OIR (2 semaines) n'est plus rémunérée, sans parler des conditions de rémunération qui arrivent , trop souvent, après un mois et demi de formation.
Comment pouvoir sereinement, s'engager dans un projet et envisager sa vie personnelle, quand on ne peut avoir accès à un logement ou à des besoins vitaux élémentaires, ce qui est le cas de la grande majorité des jeunes aujourd'hui.
La plupart des jeunes, à la sortie de ces dispositifs, se retrouvent sans perspective d'emploi et sans revenu.
Oui, la formation est indispensable, c'est un véritable enjeu pour la politique de la Région. Un service public de la formation, non soumis au contrôle du MEDEF, doit être mis en place, en lien avec une vraie politique de logement pour tous les jeunes qui sont dans des situations de précarité.
Une des premières mesures que nous prendrions, si nous étions élus, serait un revenu minimum pour les jeunes en dessous de 25 ans.
Une autre mesure d'urgence, en direction de la jeunesse, serait la possibilité de mobilité par l'instauration de la gratuité des transports sur l'ensemble de la Région bas normande.

Pour la liste unitaire, anticapitaliste, antilibérale et écologiste soutenue par le NPA et le PG

Christine Coulon, tête de liste régionale

Commenter cet article